"Nous ne trouverons pas une ou deux banques pour un tel montant dans les circonstances actuelles", a déclaré Costermans.

La BAM reconnaît qu’il faudra sans doute une nouvelle méthode de financement. Elle espère récupérer à terme une partie des investissements via des péages, mais la Cour des Comptes se pose des questions à ce sujet.

Entre-temps, on ne sait toujours pas si le projet original du pont du Lange Wapper sera effectivement réalisé. Peut-être choisira-t-on une autre solution, qui entraînera de toute manière une révision du mode de financement.