Le Tyrol pourrait échelonner l’interdiction sectorielle

Les négociations entre le commissaire européen Günter Verheugen et le gouverneur de Tyrol pourraient déboucher sur un compromis. De source bien informée, "Le Lloyd" a appris que le Tyrol, pour échapper au véto de Bruxelles, envisagerait de procéder par étapes à l’extension de l’interdiction sectorielle.

La solution envisagée consisterait à réduire dans un premier temps le nombre de poids lourds d’environ 50.000 camions par an à partir du 1er janvier. Dans une deuxième étape, 120.000 camions de secteurs supplémentaires seraient bannis de l’A12 en automne.

Une interdiction sectorielle concernant 30.000 camions par an est déjà d’application depuis le 1er mai 2008 sans que Bruxelles ait porté plainte. Le Tyrol voulait porter ce nombre à 200.000 dès le 1er janvier prochain.

Le Tyrol pourrait échelonner l’interdiction sectorielle | NT

Le Tyrol pourrait échelonner l’interdiction sectorielle

Les négociations entre le commissaire européen Günter Verheugen et le gouverneur de Tyrol pourraient déboucher sur un compromis. De source bien informée, "Le Lloyd" a appris que le Tyrol, pour échapper au véto de Bruxelles, envisagerait de procéder par étapes à l’extension de l’interdiction sectorielle.

La solution envisagée consisterait à réduire dans un premier temps le nombre de poids lourds d’environ 50.000 camions par an à partir du 1er janvier. Dans une deuxième étape, 120.000 camions de secteurs supplémentaires seraient bannis de l’A12 en automne.

Une interdiction sectorielle concernant 30.000 camions par an est déjà d’application depuis le 1er mai 2008 sans que Bruxelles ait porté plainte. Le Tyrol voulait porter ce nombre à 200.000 dès le 1er janvier prochain.