Le transport routier souffre d’une mauvaise réputation

Même pas un Belge sur cinq (19%) considère le transport routier de manière positive. Le transport routier a une très mauvaise réputation auprès de 37% des Belges. C’est ce qui ressort de l’étude la "Réputation du transport routier", commandée par la Febetra et la Febiac.

L’étude révèle que le Belge moyen a une idée de plus en plus négative du transport routier. "Alors que 25% des répondants estiment que le statut du transport routier s’est amélioré ces dernières années, 36% indiquent que la réputation du secteur s’est déteriorée. Il s’agit d’un déficit de 11%", souligne Kevin Pomeranc du bureau d’études Dedicated Research qui a effectué l’étude.

Il ressort des résultats que très peu de Belges reconnaissent spontanément l’utilité du transport routier.

La Febetra n’est pas surprise par ces résultats, mais estime qu’il faut d’urgent prendre des mesures. L’organisation du transport routier prévoit dès lors une grande offensive de charme. Elle compte sur le soutien de plusieurs partenaires comme la Febiac. (voir Le Lloyd 17/12/2008)

Le transport routier souffre d’une mauvaise réputation | NT

Le transport routier souffre d’une mauvaise réputation

Même pas un Belge sur cinq (19%) considère le transport routier de manière positive. Le transport routier a une très mauvaise réputation auprès de 37% des Belges. C’est ce qui ressort de l’étude la "Réputation du transport routier", commandée par la Febetra et la Febiac.

L’étude révèle que le Belge moyen a une idée de plus en plus négative du transport routier. "Alors que 25% des répondants estiment que le statut du transport routier s’est amélioré ces dernières années, 36% indiquent que la réputation du secteur s’est déteriorée. Il s’agit d’un déficit de 11%", souligne Kevin Pomeranc du bureau d’études Dedicated Research qui a effectué l’étude.

Il ressort des résultats que très peu de Belges reconnaissent spontanément l’utilité du transport routier.

La Febetra n’est pas surprise par ces résultats, mais estime qu’il faut d’urgent prendre des mesures. L’organisation du transport routier prévoit dès lors une grande offensive de charme. Elle compte sur le soutien de plusieurs partenaires comme la Febiac. (voir Le Lloyd 17/12/2008)