Les parties en présence ont finalement approuvé une augmentation salariale de 3,5% pour 2007, 2008 et 2009, une indexation et d’une prime unique de 1.000 EUR bruts, alors que les syndicats demandaient une rémunération nette. La direction de Smit n’a pas obtempéré et a également rejeté l’exigence concernant un régime specifique pour les salairés de 60 ans et plus. Selon Ben Vree, le président de Smit, le conflit n’a que des perdants. SHTR a perdu des part de marché. L’entreprise contrôlait 70% du marché à Rotterdam.

U las zojuist één van de gratis premium artikelen

Onbeperkt lezen? Sluit nu een abonnement af

Start abonnement